Magma

Choisis ta région :

Provence
Côte d'Azur
Grand Lyon
Toutes !
Valide et accède au site
Ne plus demander
Partage et augmente tes chances de gagner !

Titre

Date

Description

* Gagnants désignés par tirage au sort.
** Attention, l'email renseigné sera utilisé pour informer les gagnants du jeu.
Fermer
Fermer

C'est votre établissement ?

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Pas encore de compte ?
Inscrivez-vous GRATUITEMENT :

* Champs obligatoires

Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale

Je souhaite être rappelé par un conseiller

Fermer Formascope

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Aix se rue vers l'art Mardi 11 Octobre 2016

Aix se rue vers l'art

À travers le festival Légendes Urbaines, l’Hôtel de Gallifet a proposé le temps d’un week-end une ode à la culture street-art. Fruit d’une collaboration d’une année avec 5 anciens étudiants de l’IMPGT, cet événement a mêlé les différentes surfaces d’expression de la culture urbaine. On y était, compte rendu lyrique et argentique.

Aix en Provence est-elle une ville trop bourgeoise pour accueillir un festival de street-art ? Que nenni, l’association La rue est vers l’art voulait faire taire les mauvaises langues et prouver que oui, il est possible d’organiser un festival urbain à deux pas du Cours Mirabeau.

Pendant deux jours, des street-artistes ont marqué de leur empreinte, bien qu’éphémère, un décor à l’architecture classique du XVIIe siècle. L’Hôtel de Gallifet a parfaitement su jouer de sa devise « bien faire et laisser braire » en créant une atmosphère à contre courant des clichés.

Hebergeur d'image

Car justement, ce festival n’était pas qu’un simple hommage à la culture du graffiti comme on imagine communément le street-art. Non, il y avait bien plus que ça : des projections, des ateliers (composer des origamis ou apprendre à mieux tricoter que mamie), des conférences, une expo dans la galerie d’art et même un concert plein de chaleur une fois la nuit tombée.

Du côté de nos coups de coeurs, beaucoup nous viennent en tête tant la programmation fût variée et colorée

L’artiste Lor-K a réussi à figurer la mort de l’objet tout en formulant une critique contre le gaspillage à travers ses projets Objeticide et Nature Morte.

Le reportage Aux tableaux nous a montré le quotidien d’une quarantaine d’artistes ayant investit l’ancienne école Saint Thomas dAquin pour créer une exposition temporaire à Marseille.

La conférence de Florence Pondaven sur la politique culturelle de Lisbonne avec le projet d’une galerie d’art urbain et celle d’une galerie d’art populaire dans le but de favoriser le développement local de la ville.

Enfin, une organisation sans faille avec la présence de nombreux bénévoles et artistes durant tout le week-end. Du street-art à Aix, on en redemande !

Hebergeur d'image

 

Articles similaires

Tous nos bons plans sont sur facebook, cliquez, likez !