Lis ton eMag :

Emag Magma
Fermer

La newsletter Magma

Votre dose de bonne humeur (contagieuse)
Partage et augmente tes chances de gagner !

Titre

Date

Description

* Gagnants désignés par tirage au sort.
** Attention, l'email renseigné sera utilisé pour informer les gagnants du jeu.
Fermer
Fermer

C'est votre établissement ?

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Pas encore de compte ?
Inscrivez-vous GRATUITEMENT :

* Champs obligatoires

Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale

Je souhaite être rappelé par un conseiller

Fermer Formascope

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Banderoles aux fenêtres : le cri des confinés Jeudi 30 Avril 2020

Banderoles aux fenêtres : le cri des confinés

Les banderoles n’auront jamais autant eu la cote que depuis le début du confinement. Bon nombre d’entre elles fleurissent sur les rebords des fenêtres. Qu’elles portent des messages de prévention, de soutien ou politiques, elles sont toutes un moyen de crier silencieusement au monde nos pensées.

En levant la tête sur le chemin de vos courses, vous avez peut-être vu flotter des morceaux de tissus accrochés aux fenêtres des immeubles. Tantôt porteuses d’un message d’espoir, tantôt plus provocatrices, ces banderoles de fortune sont devenues un véritable moyen d’expression à l’heure où la population est confinée et ne peut plus manifester. En plus des applaudissements qui retentissent tous les soirs à 20 heures, de nombreux citoyens clament leur soutien aux soignants et à toutes les professions « au front » à travers ces banderoles.

 

 

Du soutien à la politique

Si les messages de soutien envers les personnels soignants ont pullulé un peu partout, l’expression du ras-le-bol des Français sur la politique actuelle a aussi fini par trôner au bord des balcons. Beaucoup critiquent le manque d’argent et de matériel des hôpitaux qui ont du mal à faire face à l’arrivée de tous les patients. Surtout que, quelques mois plus tôt, le personnel hospitalier avait manifesté pour réclamer des moyens supplémentaires au gouvernement.

Mais ce n’est pas le seul message politique qui recouvre les façades. « Macronavirus : à quand la fin ? » : ces propos ont habillé le mur du jardin d’une Toulousaine qui a été emmenée en garde à vue pendant quatre heures. Une intervention qui a fait grand bruit, sachant que le délit d’offense envers le chef de l’Etat a été abrogé en 2013. Pour manifester leur mécontentement et leur soutien à la jeune femme, des Français aux quatre coins du pays ont érigé le même message à leurs fenêtres.

Cette Toulousaine n’est pas la seule à avoir reçu la visite de policiers à cause d’une banderole. Un squat marseillais a exposé le message « Tu veux savoir si t’as le corona ? Crache sur un bourgeois et attends ses résultats » qui n’a pas vraiment plu aux forces de l’ordre et qui ont procédé à plusieurs interventions.
Mais peu importe le message, les banderoles restent un moyen sûr pour manifester son opinion tout en respectant le confinement.

Crédits : @BridgetKyoto (Twitter)

Derniers articles

Tous nos bons plans sont sur facebook, cliquez, likez !
"