Magma

Choisis ta région :

Provence
Côte d'Azur
Grand Lyon
Toutes !
Valide et accède au site
Ne plus demander
Partage et augmente tes chances de gagner !

Titre

Date

Description

* Gagnants désignés par tirage au sort.
** Attention, l'email renseigné sera utilisé pour informer les gagnants du jeu.
Fermer
Fermer

C'est votre établissement ?

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Pas encore de compte ?
Inscrivez-vous GRATUITEMENT :

* Champs obligatoires

Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale

Je souhaite être rappelé par un conseiller

Fermer Formascope

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Delta Festival 2017 : un quasi-sans faute ? By Kévin

Delta Festival 2017 : un quasi-sans faute ?

Après s’être longtemps fait désirer en nous faisant saliver pendant des semaines, le Delta festival a eu lieu ce weekend en accueillant plus de 30 000 festivaliers prêts à en découdre. Et chose promise, nous étions également de la partie pour découvrir une pluie d’activités sportives, laisser voguer notre créativité à travers les stands du village artistique et terminer en grande pompe face à la scène principale où les basses cognaient presque autant que le soleil. Vous allez vite vous apercevoir qu’on n’a pas eu le temps de s’ennuyer !

Sea, Sport & Sun !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’immense espace occupé par le festival aura été exploité au maximum ! Le Village Sportif était tellement vaste qu’à notre arrivée on ne savait pas où donner de la tête : structures gonflables, beer pong géant, toboggan à savon, paddle côté plage ou encore zone de chute libre (qu’on a testée tout de suite même si les saltos étaient interdits, et c’est peut être mieux comme ça). On a tout de suite compris qu’il y avait vraiment de quoi faire ! Surtout que dans l’après-midi les festivaliers n’avaient pas encore trop envahi les lieux, ce qui nous a permis de tester pas mal d’activités sans passer des heures dans les files d’attente. L’idéal.

On a tout de suite trouvé que la disposition des zones d’animation était très bien pensée, l’espace entre les stands évitait de devoir traverser des bains de foule et ça a vraiment facilité nos déplacements. Très utile, surtout quand on essaie de faire un maximum d’activités en un temps limité : tous les ateliers sport/animation devant fermer à 19h.

Le stand qui nous a fait le plus kiffer est sans conteste celui où on nous a fait enfiler une combinaison recouverte de scratch, sauter sur un trampoline et s’emplâtrer sur le mur de scratch en face pour se retrouver collé à 2 mètres du sol comme une grosse araignée. Super fun ! Et galérer pour réussir à se décoller tout seul du mur était encore plus marrant. Après cette bonne dose de fous rires, on avait qu’une envie c’était de repartir à la recherche d’autres défis.
Hebergeur d'image
Nous avons au passage (fièrement) survécu au parcours du combattant, ah et d’ailleurs ne faites pas comme nous : quand le chemin est aspergé d’une mousse piégeuse surtout ne cherchez pas à courir, ça vous évitera de vous vautrer lamentablement.
Au détour de ce stand, on est tombés par hasard sur une scène dédiée à accueillir des petits groupes invités en marge du festival. Le genre de lieu à la sauce « indé » qui permet aux curieux de découvrir des artistes locaux. Une bonne surprise ! On en a d’ailleurs profité pour poser quelques questions au groupe Snooze, qui venait de conclure son set avec une reprise bien funky de Cosmic Girl de Jamiroquai.
« On a vraiment pris du plaisir à jouer ici, c’est génial de voir autant de monde débarquer à l’improviste et écouter notre musique ! On a répété jusqu’à la dernière minute, tout n’est peut être pas encore parfait mais c’est le genre d’expérience qu’on aimerait renouveler rapidement »
Hebergeur d'image
En attendant de recroiser leur route sur d’autres festivals, vous pouvez retrouver leurs compos sur leur page facebook !

La pa(ta)te artistique !

Avant de nous rendre devant la grande scène pour aller voir Mozambo, Etienne de Grécy & consorts, on a fait escale au Village Artistique situé à l’autre bout du festival. Petit bémol, on avait envie d’une petite bière fraîche et il fallait recharger notre bracelet en argent avant de pouvoir consommer boisson ou nourriture. Sauf que ces zones de recharge étaient très difficiles à repérer à travers la foule et la signalétique peu claire. Heureusement, avec la horde de bénévoles présents un peu partout (plus de 600 !) il nous a suffit de leur demander pour connaître la bonne direction.

Les stands réunissaient des étudiants, des BDE et des artistes indépendants venus exposer leurs créations (photo, dessin, peinture, sérigraphie…) on a d’ailleurs flashé sur un stand caché sous un « tipi en carton ». A l’intérieur, on pouvait se faire tatouer un motif éphémère par des types super contents de nous faire découvrir leur univers folklo.
Hebergeur d'image
De nombreuses assos telles que La Rue est vers l’art étaient là pour échanger avec les festivaliers et parler culture.  
En résumé, le Village Artistique c’était un peu était l’endroit détente où les gens venaient se poser dans l’herbe tout en s’essayant au bodypainting dans une ambiance plus ramassée, avec quand même une « techno stage » installée sous un chapiteau pour se maintenir éveillé. 

Un final comme on les aime !

Hebergeur d'image
La nuit tombante, le festival nous a offert la fine fleur de la scène electro française et internationale avec les sets musclés de Møme et Carl Craig ! Un style assez commercial pour l'un, du son lourd et puissant pour l'autre, pour une foule immense rassemblée devant la Main Stage qui n'aura pas boudé son plaisir (et nous non plus !). Le grand Gramatik s'est quant à lui chargé de clôre le festival et nous aura fait puiser dans nos réserves pour nous déchaîner une dernière fois... Un vrai régal !

On peut dire sans sourciller que le Delta Festival a réussi sa sortie aussi bien que son déroulement, en contrôlant le fil des évènements malgré un cahier des charges colossal. En d'autres termes, le festival confirme sa maturité et on a déjà hâte de découvrir ce que la prochaine édition nous réserve !

Ce qu’on a aimé

- une progra aux petits oignons

- des activités à ne plus savoir qu'en faire

- le méga stand à eau qui tournait non-stop

- des bénévoles super cool et impliqués sur leurs stands

- une ambiance au rendez-vous dans un cadre exploité au maximum

Ce qu’on a moins aimé

- le temps d'attente très long au bar passé 19h

- la signalétique peu claire pour se repérer sur les lieux

- sortie définitive dès 19h (c'est trop tôt !) 
Hebergeur d'image

Articles similaires