Fermer

La newsletter Magma

Votre dose de bonne humeur (contagieuse)
Partage et augmente tes chances de gagner !

Titre

Date

Description

* Gagnants désignés par tirage au sort.
** Attention, l'email renseigné sera utilisé pour informer les gagnants du jeu.
Fermer
Fermer

C'est votre établissement ?

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Pas encore de compte ?
Inscrivez-vous GRATUITEMENT :

* Champs obligatoires

Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale

Je souhaite être rappelé par un conseiller

Fermer Formascope

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :





Lis ton eMag :

Emag Magma

Et si on arrêtait de tailler les comédies populaires françaises ? Mardi 08 Décembre 2020

Et si on arrêtait de tailler les comédies populaires françaises ?

Cracher sur les Tuche, est-ce que c'est pas un peu du mépris de gens bien comme il faut ? Et si on laissait tomber la condescendance pour mieux regarder en face le succès de ces comédies et voir ce que ça dit de nous ?

 A-t-on encore le droit de se moquer des spectateurs de “Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?” quand près de 12 millions de français ont vu le film au cinéma ?  Si le propos du film n’est clairement pas ce qu’il y a de plus fin, difficile de se contenter d’un simple “pfff ce film de beauf”. En d’autres temps, “Les Visiteurs”, “Bienvenue Les Chtis”, “Les Tuche” ou “Taxi” ont tour à tour été dézingués par la critique. Si ces longs-métrage se laissent différemment appréciés, ils semblent plus inoffensifs que déplorables. Alors pourquoi tant de haine ? “Comme dans tout art, il y a une hiérarchie des genres. Au cinéma : la comédie est tout au bas de l’échelle, réputée moins sérieuse. La critique française a toujours eu tendance à avoir un mépris hautain pour le genre”, avance Fabrice Montebello, professeur d’études cinématographiques à l’université de Metz et auteur de Le cinéma en France depuis les années 1930.

 A lire : Le cinéma en France depuis les années 1930, le compte-rendu sur Persée

Un problème de genre uniquement ? Les thématiques évoquées par ces films, souvent similaires, ne semblent pas cadrer avec ce qu’une partie de la critique attend du cinéma. “On voit dans ces ces comédies "ethniques" l’aspect beauf, chauvin, un peu gras, un peu raciste du français et on pointe les différences, et ça ça fâche parce que ça ne correspond pas au grand rêve républicain d’une France Une et indivisible ”, précise Fabrice Montebello.

"Le Festival de Cannes, la critique, les écoles de cinéma : toutes ces institutions ont toujours fustigé la comédie. C'est le grand drame de la comédie française : elle n'est pas prise au sérieux."
David Honnorat

Reste que ce sont ces films qui réalisent le plus grand nombre d’entrées. D’Astérix Mission Cléopâtre aux Bronzés 3 : les 10 plus gros succès français sont des comédies. Et pourtant... “Le Festival de Cannes, la critique, les écoles de cinéma : toutes ces institutions ont toujours fustigé la comédie. C’est le grand drame de la comédie française : elle n’est pas prise au sérieux”, pointe David Honnorat, co-créateur de la chaîne Youtube Rigolo qui s’attache à comprendre les succès des comédies françaises. 

 

Cinéma “sérieux” VS “populaire”

Sous nos abords de révolutionnaires un peu élitistes, ne sommes nous pas tout simplement de grands râleurs un peu réac’, un peu beauf, subtil mélange de De Funès et de Dubosc ? Pas si simple. “Ces films ont toujours la même morale : on a tous des préjugés mais on peut se rassembler au-delà de nos différences. Y’a pas que des chefs d'œuvre là-dedans mais aucun de ces films n’est profondément raciste”, détaille Fabrice Montebello. “Qu’est ce qu’on a fait au Bon Dieu ? mérite d’être regardé sérieusement, ne serait-ce que parce que 12 millions de personnes l’ont vu : ça raconte quelque chose de notre société. Et ça ne veut pas dire pour autant que tous les spectateurs s’identifient à Christian Clavier”, complète David Honnorat.

Est-on pour autant condamné à voir s’opposer cinéma “sérieux” et cinéma “populaire” ? La réception du Grand Bain ou de Alice et le Maire, deux comédies qui ont su concilier accueil critique et succès public laisse penser qu’un changement est en cours. “Reste que ces films sont calibrés “comédies de festival”, ils ne sont pas vraiment de la même catégorie que les Tuche”, nuance David Honnorat. 

Le temps est peut-être venu de sortir de cette opposition stérile pour mieux observer la diversité du cinéma français, bien plus riche que ce que l’on croit.

Derniers articles

Tous nos bons plans sont sur facebook, cliquez, likez !
"