Lis ton eMag :

Emag Magma
Fermer

La newsletter Magma

Votre dose de bonne humeur (contagieuse)
Partage et augmente tes chances de gagner !

Titre

Date

Description

* Gagnants désignés par tirage au sort.
** Attention, l'email renseigné sera utilisé pour informer les gagnants du jeu.
Fermer
Fermer

C'est votre établissement ?

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Pas encore de compte ?
Inscrivez-vous GRATUITEMENT :

* Champs obligatoires

Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale

Je souhaite être rappelé par un conseiller

Fermer Formascope

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

L'agenda et les jeux concours sont momentanément suspendus ! En attendant de faire le plein de bons plans, on continue de vous pondre des news tous les jours.

Bon Entendeur : « On adorerait participer à la BO du prochain OSS 117 ! » Lundi 17 Février 2020

Bon Entendeur : « On adorerait participer à la BO du prochain OSS 117 ! »

Originaires d’Aix-en-Provence, Pierre Della Monica et Arnaud Bonet ont fondé le groupe Bon Entendeur. Avec Nicolas Boisseleau, ils forment un trio résolument funk et électro qui est entré dans la culture populaire avec le titre Le temps est bon. En remixant des chansons francophones tombées dans l’oubli ou en créant des mixtapes agrémentées d’extraits de discours, Bon Entendeur s’est fait une place de choix dans le paysage de l’électro français. Nous les avons rencontrés.

Vous vous connaissez depuis votre jeunesse. Comment envisagiez-vous votre futur à l’époque ?

Arnaud Bonet : Effectivement, on s’est rencontrés au collège, quand on était en classe de 4e. Et à cette époque, on était plutôt des cancres… Autant dire qu’on imaginait pas du tout faire ce qu’on fait aujourd’hui !
Pierre Della Monica : Complètement ! Je ne savais pas du tout ce que j’allais faire… Ça me stressait un peu de devoir m’orienter après le bac et de choisir un métier que j’allais potentiellement exercer toute ma vie.
Arnaud Bonet : De mon côté, j’avais entamé des études d’architecture du paysage. Quand Bon Entendeur nous est tombé dessus, ça nous a poussé à tout arrêter et désormais, on ne fait plus que de la musique.

« On sera peut-être amené
à travailler pour le cinéma »

Vous êtes connus pour remettre au goût du jour des chansons françaises méconnues mais aussi pour habiller musicalement des extraits de discours. Quel est votre exercice préféré ?

Arnaud Bonet : Étant donné que nous ne sommes pas d’excellents musiciens, on est plus dans notre zone de confort quand on remixe des vieilles chansons francophones. Mais dans notre dernier album, en plus des remixes, il y a aussi des productions originales qu’on a réalisées en partant d’une feuille blanche. Peut-être que dans le futur, on sortira un album uniquement composé de musiques entièrement conçues par nous, on ne s’interdit rien.

Quand vous interviewez une personnalité pour habiller musicalement ses propos, vous savez déjà quel type de son vous allez produire ?

Pierre Della Monica : Non, pas du tout ! C’est conditionné par ce que dit notre interlocuteur et les séquences qu’on conserve pour la mouture finale. Tout au plus, on a une trame qui nous permet de savoir où les extraits vocaux vont être placés dans le morceau et donc de calmer la musicalité à ces moments précis. Mais c’est à nous de réaliser une bonne interview pour pouvoir l’exploiter à fond derrière.

Quelles sont les personnalités que vous aimeriez rencontrer dans ce cadre-là ?

Pierre Della Monica : Il y en a plein ! Ça fait des années que Nicolas (Boisseleau, le 3e membre du groupe, NDLR) aimerait qu’on rencontre Marion Cotillard pour l’interviewer et faire une mixtape. Malheureusement, c’est assez difficile à organiser…
Arnaud Bonet : De mon côté, j’aimerais beaucoup rencontrer Fabrice Luchini. On a déjà fait une mixtape avec lui, mais en utilisant des extraits audios qu’on a trouvés sur internet. Sa voix, sa manière de parler et son charisme font que ça serait hyper intéressant.

Parmi les personnalités qui reviennent souvent dans vos mixtapes, il y a Jean Dujardin et son personnage d’OSS 117. Le 3e volet du film étant en préparation, vous aimeriez être sollicités pour participer à la bande originale du film ?

Arnaud Bonet : On adorerait ! D’ailleurs, on sait que Jean Dujardin a écouté nos mixtapes, c’est Bigflo et Oli qui nous l’ont dit en marge d’un festival à Nantes. Apparemment, ça l’aurait fait marrer et il aurait apprécié le concept ! Donc on attend de voir s’il y a une possibilité.
Pierre Della Monica : Mais, au-delà d’OSS 117 qu’on aime beaucoup, on sera peut-être amené à travailler pour le cinéma. On est en discussion pour participer à un projet, mais on ne peut pas en dire plus pour le moment.

« Pour arriver aux 15 sons de l’album,
on en a écouté des milliers »

La mixtape qui vous a révélé, c’est celle intitulée Mon rendez-vous avec la voix de Dominique Strauss-Kahn. Ça fait quoi de devoir son succès à DSK ?

Arnaud Bonet : C’est pas cool ça ! (rires) À la base, c’était juste une blague. À ce moment-là, on faisait uniquement des playlists. Puis, comme beaucoup de Français à l’époque, on a écouté l’entretien que DSK a donné au 20h et on a été assez marqué par cette séquence. Son discours était le paroxysme de la langue de bois et on sentait que chaque mot était soigneusement pesé, mais finalement ça a donné quelque chose de très fort. Donc on trouvait ça marrant de le mettre en musique. Mais n’oubliez pas que derrière on a fait une cinquantaine de mixtapes, donc on ne peut pas dire qu’on doit tout à DSK !

S’agissant des remixes du répertoire francophone, comment faites-vous pour identifier ces chansons tombées dans l’oubli ?

Pierre Della Monica : Il y a plusieurs étapes. La plus fastidieuse, c’est de trouver les sons. Soit on va se perdre dans de vieilles discographies, soit notre label nous met à disposition certains catalogues. À partir de ces recherches, on rassemble plusieurs centaines de sons qu’on aimerait remixer et qu’on va filtrer progressivement. D’abord, il y a le filtre de la qualité des enregistrements qui, malheureusement, peut rendre certaines productions inexploitables. Ensuite, il y a le filtre de la légalité car on doit pouvoir obtenir les droits des chansons qu’on remixe, ce qui n’est pas chose aisée. Parfois, on exhume des titres qui sont si vieux qu’il est impossible de savoir à qui appartiennent les droits d’exploitation, donc on laisse tomber. Il y a donc un vrai entonnoir : pour arriver aux 15 sons de l’album, on en a écouté près d’un millier et on a bossé sur une centaine.

Sur votre site, vous venez de lancer une web radio. Que peut-on y trouver ?

Pierre Della Monica : On y trouve des sons qui proviennent de nos mixtapes et des sons qui auraient pu finir dans nos mixtapes mais qu’on n’a pas eu l’occasion d’exploiter. On diffuse également des musiques qu’on aime et qu’on écoute.
Arnaud Bonet : Depuis cinq ans qu’on fait des mixtapes, on a accumulé pas mal de sons dans nos ordis et on se demandait comment on pouvait rendre toute cette matière accessible. Lancer cette web radio, c’était à nos yeux le meilleur moyen de partager notre musique. Et petit détail qui a son importance : elle tourne tous les jours, sans interruption et sans publicité.

PORTRAIT CHINOIS

Si vous étiez un plat ?
Pierre Della Monica : Un plat de pâtes italiennes, avec une petite sauce et des échalotes.
Arnaud Bonet : Je pense que je serais un truc un peu gras, comme une raclette.

Si vous étiez un instrument ?
Pierre Della Monica : Une guitare.
Arnaud Bonet : Et moi, un piano.

Si vous étiez une onomatopée ?
Arnaud Bonet : Oh là là !
Pierre Della Monica : Euh… Ben, « euh » c’est pas mal en fait !

Si vous étiez un animal ?
Pierre Della Monica : Un animal qui vole.
Arnaud Bonet : Ouais, un oiseau qui plane et qui tournoie.

Si vous étiez une chanson ?
Arnaud Bonet : Route Nationale 7, de Charles Trenet.
Pierre Della Monica : Ça change tout le temps, mais là je dirais Pachanga Boys de Time.

Derniers articles

Tous nos bons plans sont sur facebook, cliquez, likez !
"