Magma

Choisis ta région :

Provence
Côte d'Azur
Grand Lyon
Toutes !
Valide et accède au site
Ne plus demander
Partage et augmente tes chances de gagner !

Titre

Date

Description

* Gagnants désignés par tirage au sort.
** Attention, l'email renseigné sera utilisé pour informer les gagnants du jeu.
Fermer
Fermer

C'est votre établissement ?

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Pas encore de compte ?
Inscrivez-vous GRATUITEMENT :

* Champs obligatoires

Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale

Je souhaite être rappelé par un conseiller

Fermer Formascope

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Imany , Afrique & mélancolie Lundi 17 Octobre 2011

Tags associés

Imany , Afrique & mélancolie
Imany, de son vrai nom Nadia Mladjao, allie à la perfection soul et folk, parsemant le tout d’une douce mélancolie. Elle qui a été mannequin durant des années a désormais revêtu l’habit de chanteuse de talent. En concert, elle se livre petit à petit, dévoilant ses forces et ses faiblesses, sans oublier de communiquer avec son public. Très attachée à ses racines (elle est d’origine comorienne), nous l'avons rencontré juste avant son passage à la Fiesta des Suds. Grande, généreuse et envoûtante, elle a naturellement conquis le public pendant ce festival à l’image de sa musique. Une artiste à suivre !!!

Imany, d'où vient votre nom de scène ?

J'avais tout simplement envie de changer de nom, déjà à l'époque, quand j'étais mannequin à New-York. Mon vrai nom, c'est Nadia et il y en a beaucoup ! Une envie de me distinguer peut-être. Je pensais qu'Imany signifiait espoir en swahili mais en réalité cela veut dire « foi ». C'est donc un heureux hasard ! Et puis, c'est aussi le nom d'un personnage dans le film « Un prince à New-York » !

« The shape of a broken heart » est le titre de votre album. C'est votre cœur qui est brisé ?

Non, c'est celui de l'Afrique. Un jour j'ai voulu la dessiner et, étant donné que je ne suis pas très douée en dessin, je me suis rendue compte que mon Afrique avait une forme de cœur brisé. Je ne sais pas, ça m'a parlé et j'ai trouvé que cela collait bien à mon continent. D'où le nom de l'album et d'un des douze titres : «la forme d'un cœur brisé ».

Il y a beaucoup de mélancolie dans vos chansons...

Et pourtant, je ne l'entretiens pas ! J'écris pour exprimer une certaine tristesse, c'est comme un exutoire. Je trouve qu'on écrit beaucoup plus facilement quand on va mal, c'est comme ça ! Ça ne m'empêche pas d'être quelqu'un de gai, bien sûr !

Être mannequin aux USA, c'est plutôt un rêve ou un cauchemar ? (elle l'a été à New-York pendant sept ans)

Je dirais ni l'un ni l'autre. C'est juste difficile. A New-York, tout le monde rêve d'y arriver, c'est un peu la ville de tous les possibles. Et la ville où beaucoup de destins se brisent. Quand j'ai commencé à vouloir chanter, je me suis rendue compte que chaque semaine sortaient de nulle part des chanteuses talentueuses et, à moins de trouver les bons endroits pour se propulser, c'est vraiment difficile de faire son trou là-bas.

Alors vous êtes revenue en France ?

J'ai eu une opportunité, oui. Et puis tout s'est enchaîné et quelques années plus tard, j'enregistrais un album. Mon tout premier. Et puis, être loin de sa famille et de ses amis, c'est pas toujours facile. Ce qui me gênait aussi aux États-Unis, c'est cette manie de mettre les gens dans des cases et ça, je n'en avais pas envie.

Le truc qui vous fait vibrer sur scène ?

A vrai dire, au départ, je n'étais pas à l'aise avec la scène. Non vraiment ! Pendant trois, quatre ans, j'ai eu du mal à venir livrer mes chansons, c'était comme livrer une partie de moi-même en public. Puis, le métier est rentré comme on dit et maintenant je m'y sens bien. On a quelques 300 scènes à notre actif maintenant, sans parler du fait que huit personnes m'accompagnent. Ce sont en quelque sorte huit cœurs qui battent sur scène au même moment.

Quand vous ne chantez pas, que faites-vous ?

J'écris et si je n'écris pas, j'ai des loisirs de mémère : je lis, je vais au ciné, je vais boire un verre avec mes copines.

Votre carrière, c'est une histoire de famille...

Oui, Fatou ma sœur est là pour s'occuper de ma carrière. Ça a aussi rassuré mes parents. Dire qu'on va faire chanteuse, c'est pas forcément facile à faire accepter, surtout quand j'étais à New-York. Et justement, ce qui les pousse à me soutenir, c'est un peu le fait que Fatou ait fait des études et prenne les choses au sérieux. Aujourd'hui, ils sont tous derrière moi et m'encouragent.

Question mille et une fois posée mais pourtant on veut savoir...quels sont vos projets ?

On sort d'un album dont la préparation a pris plus de trois ans donc pour l'instant, ouf, on souffle ! Enfin plutôt on enchaîne les tournées. Bien sûr, on pense déjà au prochain album et je continue à écrire mais c'est encore trop tôt ! Le dernier n'est sorti qu'en mai !

Vous imaginez-vous chanter en français ?

Quand j'écris, les mots me viennent plus facilement en anglais et puis, je ne sais pas, je trouve ça moins mièvre. J'ai essayé d'écrire en français mais pour l'instant c'est en anglais que j'y parviens le mieux.

Faire vivre votre culture comorienne à travers vos chansons, ça vous paraît important ?

Oui, beaucoup. La chanson Take care est anglo-comorienne par exemple. Je l'ai composé et fait lire à mes parents ensuite. C'est important pour moi de rester attachée à mes racines et de mettre ma culture à l'honneur.

Imany continue sa tournée et sera de passage à l'Usine à Istres le 21 février prochain.

Articles similaires

Tous nos bons plans sont sur facebook, cliquez, likez !