Magma

Choisis ta région :

Provence
Côte d'Azur
Grand Lyon
Toutes !
Valide et accède au site
Ne plus demander
Partage et augmente tes chances de gagner !

Titre

Date

Description

* Gagnants désignés par tirage au sort.
** Attention, l'email renseigné sera utilisé pour informer les gagnants du jeu.
Fermer
Fermer

C'est votre établissement ?

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Pas encore de compte ?
Inscrivez-vous GRATUITEMENT :

* Champs obligatoires

Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale

Je souhaite être rappelé par un conseiller

Fermer Formascope

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Breakbot : don't worry, be funky ! Mardi 15 Mars 2016

About Lea

LeaJ'aime pô les biographies.
Breakbot : don't worry, be funky !
Thibaut et Irfane sont les boss de Breakbot. Après avoir connu un succès incroyable avec Baby I’m Yours, ils reviennent avec un deuxième album, Still Waters, aux sonorités disco/funk. Le groupe s’agrandit, et leur style se précise. On les a retrouvés dans les loges du Cabaret Aléatoire à Marseille, une bière dans une main, une clope dans l’autre. Interview décontractée.

Comment vous êtes-vous rencontrés ?
IRFANE : On s’est rencontrés lors d’une soirée organisée pour la sortie du disque d’un ami qu’on a en commun. Je connaissais déjà quelques morceaux de Thibaut. À l’époque il venait de signer sur Ed Banger et il m’a demandé de collaborer avec lui, et ça a donné naissance à Baby I’m Yours. On a travaillé ensemble sur quelques morceaux de l’album, et on est partis en tournée ensemble, puis on est devenus potes. Maintenant, on se fréquente assidûment !
Votre précédent album, et précédente tournée étaient plus orientés dj set. Cette fois, vous êtes 6 sur scène.

Breakbot est devenu un groupe ?
THIBAUT : J’ai tendance à penser que c’est toujours un peu mon projet, mais c’est vrai que c’est aussi un projet collectif. Irfane s’est impliqué à fond sur cet album et il était là tous les jours dans la composition avec moi. Il y a aussi Yasmine et Sarah qui chantent sur l’album, et un bassiste avec nous sur scène… Voilà, c’est ouvert, mais faut bien qu’il y ait un boss.
I : Et c’est moi !
T : Ouais, c’est Irfane et moi les boss.



Qu’est-ce que ça a changé dans vos performances ?
T : C’est une vraie énergie supplémentaire. On ressent une excitation beaucoup plus forte.
I : C’est vachement plus plaisant. On a l’impression de faire vivre la musique, ce qui n’était pas toujours le cas par le passé. Thibaut s’ennuyait peut-être un peu ?
T : Non, non je m’ennuyais pas, mais disons qu’on a passé une étape en termes de vie sur scène, avant on était un peu plus statiques.

Donc vous ne reviendrez pas seuls en scène ?
T : Y aura toujours formules, on va continuer à faire des Dj sets, à passer de la musique qu’on aime bien, de la funk qui nous fait plaisir, et à côté de ça il y aura les lives où on jouera tous nos tracks pour les défendre du mieux qu’on peut.
I : Il y aura aussi la formule Accord mets et vins…

Il y a beaucoup de choses dans cet album, du funk, une touche 70s, du hip hop… Comment tout ça s’est articulé dans la phase de composition ?
T : Je pense que c’est vraiment le reflet de ce qu’on écoute. Il y a de la soul, du disco, du funk, du rap… Des musiques liées à l’Histoire des Noirs aux États-Unis. Je ne sais pas pourquoi, mais on est tombés dedans très petits.
Il y a eu plusieurs phases : dans les années 80-90, tous les Djs samplaient de la funk, ils nous ont permis de découvrir plein de disques. Je pense par exemple aux compils de Shaolin Soul qui retraçaient tous les samples du Wu Tang. C’était mortel.
Et puis Irfane a eu la chance d’avoir une maman qui avait une collection de disques incroyable. Et mon frère écoutait des trucs chanmé. C’est le reflet de tout notre amour pour la pop.



Pour chacun de vos concerts, le public est en transe. Vous culpabilisez un peu quand vous les voyez se ridiculiser en chorégraphies hasardeuses ?
T : Pas du tout ! On est nous-mêmes adeptes de ces chorégraphies hasardeuses.
I : D’ailleurs une des meilleures vidéo amateur c’est une proposition d’invitation au bal de fin d’année aux États-Unis, sur Fantasy, où il y a une chorégraphie juste incroyable. Ça aurait pu être un clip.

Votre concert le plus mémorable ?
T : C’est sans doute le tout premier qu’on a fait à Coachella en 2012, c’était un moment magique.
I : C’était assez fou de commencer par un festival qui nous fait rêver depuis longtemps.
T : Coachella c’est le sunset, les palmiers, les filles avec des plumes dans les cheveux… Et tout ça c’est arrivé, on l’a vécu… Avec des champignons !



Le début de ta carrière a été marqué par tes remix devenus cultes : est-ce que tu en fais toujours ?
T : J’en fais beaucoup moins par manque de temps, et parce qu’on a beaucoup bossé sur l’album, sur le live, tout ça, mais j’aimerais bien en refaire bientôt.

Est-ce que récemment tu as entendu des morceaux que tu as eu envie de remixer ?
T : Y a ce groupe qu’on a découvert qui s’appelle Young Gun Silver Fox…
I : En même temps, je ne sais pas si ça se prête au remix parce que c’est déjà tellement bien ! Ce qui est intéressant quand on fait un remix, c’est de se dire qu’on peut faire une interprétation différente qui peut amener le morceau ailleurs. Quand c’est trop bien fait c’est compliqué…

Hebergeur d'image

Vos musiques ont souvent été utilisées à la télévision et au cinéma. Seriez-vous tentés de composer une BO ?
T : Les Tuches, Polisse… (ont utilisé leurs morceaux, ndlr)
I : Bon, Polisse c’est mieux que Les Tuches
T : Tu l’as vu Les Tuches ? Ça se trouve c’est vachement bien ! Comment tu peux dire ça, pense aux gens qui ont travaillé sur ce film et qui ont fait honneur à notre musique ! Non, sérieusement, j’aimerais bien travailler avec le cinéma, c’est sûr. Mon rêve le plus fou c’est de faire un film et sa musique, un genre de comédie musicale. Ça me ferait vraiment kiffer !

Breakbot c’est tout un univers : de tes dessins à tes idées farfelues comme le disque en chocolat… À quoi doit-on s’attendre pour la suite ?
T : À des choses complètement folles. On est en train de travailler sur un vinyle en peau de serpent, avec des amis en Thaïlande. On est en train de voir ce qu’on peut faire en termes de son, pour l’instant ils galèrent un peu au labo. Mais je ne vais pas dévoiler toutes mes cartes, parce qu’après on va dire qu’il n’y a plus de surprise.

Qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter pour la suite de cette tournée ?
T : Que notre guitariste parle un peu moins fort
I : Qu’on soit adulés par le public
T : « Que les filles soient nues, qu’elles se jettent sur moi ! » C’est ça que tu voudrais, toi hein ?
I : Non. Qu’elles se jettent sur toi, comme ça tu me lâcheras la grappe !

>> LE QUIZ MUSIQUE <<

Le morceau que vous auriez aimé composer ?
I : Old Man de Neil young.
T : La Danse des canards.

Votre personnage de dessin animé préféré ?
T : J’ai une passion pour Homer Simpson
I : Le chat dans Alice au Pays des Merveilles

Le morceau caché de votre playlist ?
T : Firework de Katy Perry.
I : Good for you de Selena Gomez.

Le dernier concert que vous êtes allé voir ?
T et I : Housse de racket.

Articles similaires

Tous nos bons plans sont sur facebook, cliquez, likez !