Magma

Choisis ta région :

Provence
Côte d'Azur
Grand Lyon
Toutes !
Valide et accède au site
Ne plus demander
Partage et augmente tes chances de gagner !

Titre

Date

Description

* Gagnants désignés par tirage au sort.
** Attention, l'email renseigné sera utilisé pour informer les gagnants du jeu.
Fermer
Fermer

C'est votre établissement ?

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Pas encore de compte ?
Inscrivez-vous GRATUITEMENT :

* Champs obligatoires

Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale

Je souhaite être rappelé par un conseiller

Fermer Formascope

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Pony Pony Run Run, Voyage Voyage, Interview Interview Lundi 11 Avril 2016

About Sven

SvenAprès avoir vécu moult péripéties en Scandinavie et en République dominicaine, I’m back in France ! Un ukulélé à ma droite, une plume à ma gauche, me voilà fin prêt pour surfer sur la vague Magma. Allez viens, ici pas de méduses, juste d’la bonne humeur 
Pony Pony Run Run, Voyage Voyage, Interview Interview
Amaël et Gaëtan sont les deux frères aux manettes de Pony Pony Run Run. Souvenez vous : Hey you en 2009, c’était eux. Après un break bien mérité, ils reviennent encore plus fort avec l’album Voyage Voyage. Magma a rencontré Amaël : interview au goût d’évasion.

                               >> Gagne tes places pour le concert à l'Espace Julien le 26 mai 2016 <<

Hey you
est sans aucun doute le morceau qui vous a fait connaitre aux yeux du grand public. Le tube de l’été 2009 ! Concernant votre nouvel album, avez vous l’impression d’avoir composé des morceaux « tubesques » ? Alright peut-être ?
Tout d’abord, on est très heureux du rendu final de cet album. On a vraiment mis tout notre coeur et notre âme pour en faire ressortir des morceaux qui nous correspondent. « Tubesque » c’est un peu difficile à dire pour le moment. Alright symbolise bien l’image d’une bande de potes sur la plage en train de descendre des bières. Stop donne envie d’aller danser toute la nuit. Cet album, c’est avant tout des musiques qui nous font kiffer et qu’on voulait partager. 
Après, on a conscience qu’Hey you a eu un succès énorme, au-delà de nos espérances même. Mais on a la chance d’avoir un public mélomane qui donne de la voix pour chaque morceau. 



Votre nouvel album est porté par des morceaux pop-songs qui donnent la patate. Comment s’est effectué le processus de création pour cet album ? Des voyages marquants que vous avez voulu retranscrire en musique ? 
On a commencé à composer cet album en 2013 après notre seconde tournée en Asie. On voulait se poser et prendre un peu de recul après tout cet enchainement. Sortir de cette bulle en quelque sorte. Gaëtan, le chanteur du groupe, est parti en voyage aux quatre coins du globe découvrir de nouveaux lieux (Groenland, les fjords, des îles dans les caraïbes) et poser les bases de cet album.
Quand tu fais un album, il ne faut pas rechercher à tout prix la réussite. On a toujours eu une approche différente pour créer nos trois albums. Le premier était une sorte de compilation des sons qu’on avait diffusé en sillonnant l’Europe lors de nos premières tournées. Le deuxième a été écrit hyper rapidement et on l’a finalisé à Los Angeles avec un super producteur. Cette fois-ci, on a voulu prendre le temps, vraiment le faire au feeling.

Pas trop dur de composer un album en prenant des chemins différents ? L’obstacle géographique à gérer, non ?
On a une grande force, celle d’être frères, d’être liés par le coeur avant tout. Et puis faut dire qu’on est pas mal aidé avec les nouvelles technologies. Régulièrement, on s’est fait des Skype pour prendre des nouvelles et s’échanger des idées. Après six mois, on s’est retrouvés aux Baléares pour parler plus sérieusement de tout ça. Tu branches un synthé et hop c’est parti !

Hebergeur d'image

2009 - 2016 : Vous êtes passés de cinq membres à deux, désormais entre frères. Ça se passe comment cette relation ? Toujours d’accord entre vous ?
À la base, le projet Pony Pony Run Run vient de Gaëtan. Le fait d’être passé de cinq à deux a changé pas mal de choses. Les décisions se font plus simplement et on s’épanouit en touchant à d’autres domaines que notre pôle initial. Je ne fais plus simplement de la basse comme au début, j’ai plus de liberté avec d’autres instruments. 
Avec mon frère c’est fusionnel, on se comprend. Il n’y a pas de compromis pour gérer les égos de chacun. On discute, on argumente, et on arrive toujours à se mettre d’accord. Après, il ne faut pas oublier qu’en live on est quatre pour rendre ça plus vivant. Les deux Vincent sont à nos côtés, avec Pony Pony Run Run, Voyage Voyage, faut croire qu’on aime bien les doublons !

La pochette de Voyage Voyage fait penser au Japon, tout comme votre dernier clip Alright qui a été tourné là-bas. Une attirance particulière pour le pays du Soleil-Levant ?
Oui en effet c’est un pays qui nous inspire beaucoup. Un pays à la fois surdéveloppé technologiquement mais conservant des traditions très anciennes dans leur culture.
En règle générale on est attiré par tous les pays qu’on ne connait pas, cet album en est la preuve. On aimerait beaucoup partir tourner en Amérique du Sud.



Côté titre d’album, Voyage Voyage, forcément on pense au tube cultissime de Desireless. Simple clin d’oeil ou il y a quelque chose derrière tout ça ?
En posant les bases de l’album, Gaëtan a commencé par noter les chansons en fonction de la ville où il était. Du coup, on s’est retrouvé avec pas mal de noms de ville lors de la conception, on a mis du temps à leur trouver des titres pour coller à l’album. On voulait quand même garder cette histoire et en discutant c’est venu naturellement: Voyage Voyage. Ce thème est ancré dans l’ADN du groupe. On a pensé au tube de Desireless, des années 80, on espère proposer quelque chose de différent avec notre Voyage Voyage.

Vous avez sorti début mars votre album et déjà commencé quelques concerts. Comment se passe jusqu’à présent l’enchaînement entre l’enregistrement et le live ? Des festivals de prévus pour cet été ?
On commence véritablement notre tournée en avril. On est prêt à livrer un set d’une très bonne qualité à ceux qui viendront nous écouter. Honnêtement, on n’a jamais autant travaillé et en même temps on prend énormément de plaisir à jouer. Pas énormément de festival cet été, on tournera beaucoup à l’automne par contre.

Il y a des similitudes avec le dernier album de Blur The Magic Whip. Vous avez d’ailleurs enregistré Voyage Voyage dans le studio de Damon Albran, le leader de Blur et de Gorillaz. Allez, une exclu Magma: une collaboration pour bientôt ?
On aimerait bien franchement ! Damon Albran est un homme très occupé avec tous ses projets à droite à gauche. On a occupé le studio en collaborant avec son ingénieur son, une superbe expérience. Damon Albran était en tournée quand on a enregistré, on essaiera de le croiser la prochaine fois.

>> Pony Pony Run Run sera de passage le 26 mai à l’Espace Julien de Marseille 

Articles similaires

Tous nos bons plans sont sur facebook, cliquez, likez !