Fermer

La newsletter Magma

Votre dose de bonne humeur (contagieuse)
Partage et augmente tes chances de gagner !

Titre

Date

Description

* Gagnants désignés par tirage au sort.
** Attention, l'email renseigné sera utilisé pour informer les gagnants du jeu.
Fermer
Fermer

C'est votre établissement ?

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Pas encore de compte ?
Inscrivez-vous GRATUITEMENT :

* Champs obligatoires

Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale

Je souhaite être rappelé par un conseiller

Fermer Formascope

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :





Lis ton eMag :

Emag Magma

Alors comme ça on ne met pas de capotes ? Dimanche 03 Janvier 2021

Tags associés

Alors comme ça on ne met pas de capotes ?
Selon une étude menée par HEYME et Opinion Way, plus de la moitié des étudiants interrogés déclarent ne pas utiliser systématiquement un préservatif lors d'un rapport sexuel. Plus de 40 ans après la découverte du Sida, les mauvaises pratiques perdurent. Un petit rappel élémentaire s’impose.

Comment, qu'est-ce qu'on apprend ?! Alors qu'avait lieu le 1er décembre dernier la Journée Mondiale de lutte contre le sida, une étude menée par l'assureur étudiant HEYME et Opinion Way révèle que 56% des étudiants interrogés déclarent ne pas utiliser systématiquement de préservatif lors de leurs rapports sexuels. Loin de nous l'idée de jouer les pères la morale mais autant le rappeler : la capote, c'est pas optionnel les amis !

S'il existe d'autres moyens de contraception (pilule, stérilet, implant, etc.), le préservatif est la seule et unique façon de se protéger contre les MST, dont le bien nommé SIDA qui n'a, contrairement à ce que certains semblent croire, toujours pas disparu malgré plus de 30 ans de recherches médicales acharnées. Cette étude fait aussi le point sur l'état des connaissances des étudiants sur le VIH. Et là aussi, il y a des surprises ! Près de 19% d'entre eux pensent que le SIDA peut être transmis par une simple piqûre de moustique, 12% en embrassant une personne séropositive et 20% pensent que l'on en guérit facilement. Petite piqûre de rappel donc : si la prise en charge de la maladie s'est considérablement améliorée depuis les années 80, on meurt toujours du virus et les traitements restent lourds et extrêmement contraignants.

Motifs rassurants tout de même, on découvre également dans cette étude que les lycéens sont vachement plus prudents que les étudiants : ils sont 26% seulement à ne pas systématiquement utiliser un préservatif, soit 30% de moins que leurs aînés. Qui a dit que les millennials étaient irresponsables ?

Derniers articles

Tous nos bons plans sont sur facebook, cliquez, likez !
"