Fermer

La newsletter Magma

Votre dose de bonne humeur (contagieuse)
Partage et augmente tes chances de gagner !

Titre

Date

Description

* Gagnants désignés par tirage au sort.
** Attention, l'email renseigné sera utilisé pour informer les gagnants du jeu.
Fermer
Fermer

C'est votre établissement ?

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Pas encore de compte ?
Inscrivez-vous GRATUITEMENT :

* Champs obligatoires

Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale

Je souhaite être rappelé par un conseiller

Fermer Formascope

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Corona virus
L'agenda et les jeux concours sont momentanément suspendus ! Profitez de la quarantaine pour relire tous nos numéros, et de notre côté, on continue de vous pondre des news tous les jours. Prenez soin de vous !

Étudiants, Entreprenez ! Jeudi 19 Novembre 2015

About Marius

MariusCurieux conteur, à moins que ce soit l'inverse. 
Étudiants, Entreprenez !
"Créer sa boîte ? T'es fou toi !", "c'est dur", "c'est cher", "c'est long", "t'as pas d'expérience". Les idées reçues sur la création d'entreprise en France ont la vie dure, plus encore si vous êtes étudiant ou jeune diplômé. Pourtant, la situation a bien changé. Si vous voulez devenir le prochain Steve Jobs, des solutions existent pour vous simplifier la vie. Vous vous demandez comment combiner votre statut d'entrepreneur et d'étudiant ? A quelles exonérations vous avez droit ? A quelles structures vous adresser pour contracter un crédit ? Magma vous dit tout, suivez le guide !

En chiffres
En France, l’inexpérience a longtemps été perçue comme un frein (dans l’emploi et dans la création d’entreprise), professeurs et entourage dissuadent souvent les étudiants ou les jeunes diplômés de tenter l’aventure entrepreneuriale. Mais depuis quelques années, les lignes bougent et les idées reçues tombent peu à peu.
D’après l’Agence pour la création d’entreprise (APCE), en 2011, un quart des nouvelles entreprises créées en France étaient le fait de jeunes de moins de 30 ans. En dix ans, le nombre de boîtes montées par des jeunes a quasiment triplé. C’est un fait, les jeunes créent des entreprises. Mais sont-elles pérennes ? Oui, toujours selon l’APCE, 59% de ces firmes étaient encore en activité trois ans après leur lancement. C’est certes moins que celles créées par des personnes de plus de 30 ans (68%), mais tout de même, plus de la moitié d’entre elles sont toujours en vie ! En 2014, on estime à 125 000 le nombre d’entreprises créées par des jeunes de moins de 30 ans, dont 76 000 auto-entreprises. Ce changement s’explique par une évolution culturelle mais aussi par des coups de pouce donnés aux jeunes désireux d’entreprendre. Tour d’horizon des aides et des solutions disponibles si vous souhaitez vous lancer.

L'état, premier soutient
Jusqu’à l’an dernier, les étudiants ou les jeunes diplômés entrepreneurs ne possédaient pas de statut officiel. Sans cela, les banques n’octroyaient que très rarement des prêts à des jeunes pour créer leur boîte. Mais aujourd’hui, le dispositif PEPITE (pour Pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat) a permis la création d’un statut « étudiant-entrepreneur ». Il existe 29 de ces pôles en France, répartis un peu partout (à Aix, Nice et Lyon notamment). L’idée est d’associer l’établissement d’enseignement de l’étudiant et de faciliter
toutes ses démarches en vue de créer son entreprise.
Comment obtenir ce statut ? Vous devez avoir moins de 28 ans, et présenter votre projet et votre profil au PEPITE le plus proche de chez vous. Un comité vous invitera ensuite à vous inscrire au diplôme d’établissement « étudiant-entrepreneur » (D2E), que vous pourrez bien sur combiner avec votre formation principale. Une fois l’accord de PEPITE obtenu, vous bénéficierez de frais réduits pour la création de vos statuts, de locaux de coworking, vous pourrez aussi rencontrer des professionnels du secteur. Votre statut en poche, et à condition que votre projet soit convaincant, les banques devraient pouvoir vous octroyer un prêt pour la création de votre entreprise. Pas de frayeur, vous conservez vos avantages étudiants (assurance, mutuelle, tarifs transports…). Bonus supplémentaire : les meilleurs projets seront invités à participer au prix PEPITE-Tremplin Entrepreneuriat avec 10 000 € à la clef. Vous pouvez télécharger le dossier de candidature sur le site de l’enseignement supérieur et de la recherche, section PEPITE : > www.enseignementsup-recherche.gouv.fr

Au niveau des financements, des aides existent déjà. Vous avez par exemple droit à l’ACCRE (Aide à la Création et à la Reprise d’une Entreprise) : un dispositif qui vous permet d’être exempté de charges sociales pendant un an et d’être accompagné dans la création de votre entreprise.
Autre programme, autre solution si vous habitez en banlieue : Créajeune, mis en place par Pôle Emploi et l’Adie. Il a été fondé pour donner envie aux jeunes issus de quartiers défavorisés de lancer leur entreprise. À la différence de PEPITE ou d’autres programmes, Créajeune est un programme de formation de deux à quatre mois suivi d’un accompagnement par des professionnels et de l’accord d’un micro-crédit à 0%.

Les associations ne sont pas en reste
Le monde associatif n’a pas attendu le feu vert du service public pour donner un coup de main aux jeunes qui avaient la fièvre entrepreunariale. Moovjee (pour Mouvement pour les jeunes et les étudiants entrepreneurs) fait figure de pionnier dans ce domaine. Créé en 2009, il a pour mission de donner envie aux jeunes de considérer la création ou la reprise d’entreprise comme une véritable option professionnelle.
Vaste programme, mais vraies initiatives. Depuis 2011, il organise chaque année une remise de prix Moovjee-Innovons Ensemble. À la clef pour les étudiants ou les jeunes diplômés les plus passionnés et les plus convaincants : des dotations de 1 000 à 10 000 €, un accompagnement et l’accès à un réseau d’entrepreneurs. Pour ceux que ça intéresse, le site officiel : www.moovjee.fr. Les dates pour l’édition 2016 du concours ne sont pas encore tombées mais chaque année, la date limite de dépôt des dossiers est fixée au mois de mars.
Sachez qu’il existe bien d’autres concours : Les Entrepreunariales, 100 000 entrepreneurs ou Petit Poucet pour ne citer qu’eux. Si vous avez un projet et que vous êtes motivé, tentez votre chance 

>>> Ils l’ont fait <<<


MATHIEU REYNOUARD, CEO - PIMPMYMOVIE
Après avoir obtenu mon diplôme d’ingénieur, j’ai commencé à bosser en tant que développeur web. Passionné de cinéma, j’ai également écrit le scénario d’une websérie, mais je n’avais pas les compétences et le matériel nécessaires pour concrétiser mon projet.
C’est comme ça que j’ai eu l’idée de la plateforme PimpMyMovie, qui met en relation des personnes avec des compétences, des idées et du matos. J’ai pitché ce projet au cours du Startup Weekend d’Aix, en Mai 2014, et après les 54h de boulot, nous avons présenté le résultat au jury final qui nous a déclarés vainqueurs !
Maintenant, nous sommes 3 à bosser sur PimpMyMovie, et nous développons la plateforme progressivement. Si je devais donner quelques conseils à de jeunes entrepreneurs, ce serait de se servir d’outils de gestion de projet efficaces (comme slack ou waypoints), d’aller à l’essentiel pour tester leur idée au plus vite auprès de vos early adopteurs, de rencontrer des gens, échanger des cartes, et parler de leur projet pour le faire connaître et recevoir des feedbacks.
> pimpmymovie.co


JO N’GUYEN, LONG HOANG ET CHLOÉ VU
L’an dernier, nous avons remporté le coup de coeur du jury des entrepreunariales pour notre projet de food-truck / traiteur asiatique. Aujourd’hui, nous avons lancé notre entreprise. Ce n’était pas évident, nous sommes trois étudiants d’origine vietnamienne, on n’avait pas de garant financier, les banques ont moins confiance. Mais grâce à des petits boulots, on a finalement trouvé des fonds. Un conseil ? Toujours croire en soi et travailler à fond.
> So Phood


CÉDRIC ATANGANA, CEO & CO-FONDATEUR D’INFINITY SPACE
Ingénieur à Polytech Marseille, j’ai toujours été motivé par l’innovation. L’idée d’Infinity Space, c’est de créer une plateforme de paiement mobile pour permettre a toutes les personnes qui sont interdit bancaire ou non bancarisées de bénéficier de financements grâce à un mix entre financement participatif et achat groupé en cash. Notre entreprise a obtenu le prix de la meilleure startup du monde au Google I/O Pitch Night. Un conseil ? Soyez déterminé et ne vous laissez pas décourager par les avis négatifs.
> www.weshopup.com

Derniers articles

Tous nos bons plans sont sur facebook, cliquez, likez !
"