Lis ton eMag :

Emag Magma
Fermer

La newsletter Magma

Votre dose de bonne humeur (contagieuse)
Partage et augmente tes chances de gagner !

Titre

Date

Description

* Gagnants désignés par tirage au sort.
** Attention, l'email renseigné sera utilisé pour informer les gagnants du jeu.
Fermer
Fermer

C'est votre établissement ?

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Pas encore de compte ?
Inscrivez-vous GRATUITEMENT :

* Champs obligatoires

Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale

Je souhaite être rappelé par un conseiller

Fermer Formascope

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Le vélo va-t-il s'imposer en ville après le confinement ? Lundi 27 Avril 2020

Le vélo va-t-il s'imposer en ville après le confinement ?

Alors que l’heure du déconfinement approche, les mesures sanitaires, elles, ne sont pas près de s’arrêter. Et tandis que l’accès aux transports en commun promet d’être fortement réduit pour éviter la propagation du Covid-19, de nombreux élus voient dans le vélo l’alternative idéale.

Et si le vélo était un allié de poids dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19 ? Alors que la fin du confinement se rapproche, la perspective de voir la population s’agglutiner dans les transports en commun donne des sueurs froides tant aux élus qu’aux médecins. À ce titre, les usagers risquent spontanément de s’en détourner et l’accès à ces derniers promet de toute façon d’être fortement limité. Pour éviter un report massif vers l’automobile qui congestionnerait les axes routiers et acterait le retour de la pollution après le bol d’air frais offert par le confinement, de nombreuses initiatives sont en train de voir le jour pour installer le vélo comme l’alternative idéale.

Il faut dire que, aux quatre coins du monde, le confinement a été l’occasion de réorganiser l’agencement urbain pour faire de la place au vélo. À New York, Berlin, Bogota ou encore Oakland, les autorités locales ont profité de la suspension des activités pour créer des pistes cyclables en fermant certains axes aux véhicules à moteur, encourageant ainsi les habitants à se déplacer en bicyclette. Des initiatives qui commencent à faire des émules, notamment en France où plusieurs villes prévoient d’ores et déjà de favoriser la petite reine. C’est le cas de la métropole de Lyon qui, par la voix de son président, a affirmé vouloir créer « de nouveaux espaces piétons et de nouvelles pistes cyclables » avec des « modulations possibles en fonction des horaires ». Les villes de Rennes, Montpellier ou Grenoble veulent également accélérer la mise en place de leur « plan vélo » pour qu’il soit effectif dès le début du déconfinement.

Un bon moyen de respecter la distanciation sociale

Mais c’est surtout en Île-de-France que la tendance s’impose. Alors que les grèves contre la réforme des retraites avait contraint de nombreux Franciliens à se reporter sur leur bicyclette, cette pratique du « vélotaf » en a finalement séduit beaucoup qui l’ont définitivement adoptée. La mairie de Paris compte ainsi surfer sur la vague et mettre en place « des aménagements légers, peu coûteux, rapides à mettre en œuvre, sécurisés et réversibles » afin de « favoriser les déplacements domicile-travail ». La région, quant à elle, planche sur un projet de RER-vélo pour installer une dizaine de pistes cyclables qui traverseraient toute l’Île-de-France. Elle estime par ailleurs qu’il est possible que le nombre de cyclistes double après le confinement « en passant de 400.000 à 800.000 ».

Toutes ces initiatives sont vues d’un très bon œil par la Fédération françaises des Usagers de la Bicyclette (FUB). Dans un communiqué, elle soulignait l’intérêt de la petite reine en ces temps de trouble sanitaire. « Y compris en termes de lutte contre le Covid-19, l’usage du vélo est la meilleure solution pour de nombreux déplacements, notamment ceux de moins de 7 kilomètres, affirme-t-elle. La bicyclette permet de respecter la distanciation sociale en évitant les transports en commun, tout en effectuant une activité physique minimale bénéfique à la santé mentale et physique. » D’ici là, rappelons que les déplacements à vélo restent autorisés pendant le confinement, mais que la bicyclette ne peut pas être pratiquée comme une activité sportive de loisir.

 

Derniers articles

Tous nos bons plans sont sur facebook, cliquez, likez !
"