Magma

Choisis ta région :

Provence
Côte d'Azur
Grand Lyon
Toutes !
Valide et accède au site
Ne plus demander
Partage et augmente tes chances de gagner !

Titre

Date

Description

* Gagnants désignés par tirage au sort.
** Attention, l'email renseigné sera utilisé pour informer les gagnants du jeu.
Fermer
Fermer

C'est votre établissement ?

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Pas encore de compte ?
Inscrivez-vous GRATUITEMENT :

* Champs obligatoires

Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale

Je souhaite être rappelé par un conseiller

Fermer Formascope

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Marseille flirte-t-elle avec l'underground? Lundi 18 Septembre 2017

Marseille flirte-t-elle avec l'underground?

Loin encore de jouer dans la cour des grands malgré l’impulsion de l’année 2013 Capitale de la Culture, Marseille tente de se rapprocher du rythme de la vie nocturne de ses ainées Lyon et Paris. Le défi est grand car, si toutes envient la culture aussi bien nocturne qu’underground de la connue et reconnue capitale allemande (j’ai nommé la grande Berlin), il ne faut pas négliger qu’un mouvement a déjà creusé son sillon dans les ruelles de la cité phocéenne. Preuve en est des nombreux lieux culturels - que nous qualifierons maladroitement d’alternatifs - qui débarquent ou s’imposent doucement mais sûrement au cœur de la ville avec la volonté bien affirmée d’inverser la tendance de sa (mauvaise) réputation.

Magma vous fait un panorama non-exhaustif de six lieux incontournables, où il fait bon de traîner. Esprits étroits, passez votre chemin.

Les 9 salopards

Les 9 Salopards (situé au 9 rue de l’Arc) est un centre culturel multidisciplinaire associatif, créé pour mettre en avant la diversité artistique dont regorge Marseille. L’objectif : faire toucher de près au public des expositions d’art, des performances, des concerts, et on en passe. Porté par de jeunes gens très impliqués dans le monde de l’art, l’esprit de ce sous-sol n’en demeure pas moins underground et festif. Fortes de leurs succès, les soirées qui y sont organisées tendent même à s’exporter vers d’autres lieux de la nuit marseillaise... On vous conseille d’y passer et on espère que la magie continuera d’opérer pour les mois (et les années ?) à venir.

L’asile 404

Salle étroite mais chaleureuse, l’Asile 404 est un lieu de création, de diffusion et de production artistique. C’est aussi un atelier transdisciplinaire situé au 135 rue d’Aubagne, ouvert sur la rue et ouvert à tous, où artistes et habitants se rencontrent, échangent et dansent ensemble. Les soirées faites de concerts et d’expérimentations en tout genre font souvent salle comble, il ne faut donc pas avoir peur de la foule et de la sueur.

La Dar Lamifa

A deux pas de l’Asile (littéralement), se trouve un autre joyau de la culture alternative: la Dar Lamifa. Se définissant comme un lieu « d’éducation populaire », la Dar, comme on l’appelle dans le milieu, réunit des personnes issues d’horizons différents, liées et muées par des désirs de changement et d’expérimentation. Les nombreux événements culturels, éducatifs, ludiques et autre n’ont pour mots d’ordre que convivialité, partage, découverte et expression et font de la Dar une véritable fabrique des possibles.

Data

Installé depuis 11 ans rue des Bons Enfants, DATA se définit comme une médiathèque sonore alternative. Ouvert tous les mercredis et le 1er et 3e samedi du mois, ce lieu culturel est un tremplin pour de nombreux groupes de musique. Basé sur le principe du « potlach » c’est-à-dire un endroit autogéré, basé sur l’aide de ceux qui souhaitent mettre la main à la pâte. C’est donc aussi bien une salle de concert qu’un espace de chill et d’échange.

L’Embobineuse – Théâtre de Fortune

Nichée à la Belle de Mai, l’Embobineuse qualifiée de Théâtre de Fortune, est une salle de concerts slash soirées slash expérimentations artistiques qui existe depuis pas moins de 10 ans. Cet élevage intensif d'individus atypique, accueille autant d’artistes inclassables que de soirées à ne plus savoir où nous sommes. L’Embobineuse est aussi un lieu d’expression, de discussion où le changement semble tout sauf impossible et où une mini-résistance s’organise autour de la buvette.

Les soirées du Métaphore Collectif

Comment parler de vie nocturne, de culture underground et alternative sans parler du Métaphore Collectif et de ses soirées? Si le collectif existe depuis plus de 10 ans, ses soirées ont fait un véritable carton ces deux dernières années. Les membres qui le compose sont pour le coup de véritables experts en matière de musique techno et de culture underground et ont su donner à la ville une inclinaison particulière pour ce mouvement à coup de soirées hangar et Amour au Cargo. 

Hebergeur d'image

Il a toujours existé dans Marseille, ses rues et ses gens quelque chose d’intimement underground et affranchis de tous les dogmes. L’embourgeoisement d’une partie de ses quartiers n’ôte pas à ses habitants leurs désirs de marginalité et d’émancipation culturelle. Si la vie nocturne souffre encore de nombreuses difficultés opposant habitants et politiques, fêtards et couches-tôt, il n’en demeure pas moins que sa spécificité a engendré l’émergence et l’affirmation de lieux undergrounds, portés par des gens enclins à changer la donne malgré les difficultés financières auxquels ils sont confrontés.

Cette liste - incomplète - n’a pas pour but d’enfermer les styles, les genres et les mouvements dans des carcans, ni de creuser les écarts déjà existants mais plutôt montrer que tout est encore possible, qu’il existe d’ores et déjà une multitude d’événements et de gens dont la seule ambition est de faire vivre l’exception culturelle marseillaise. Il suffit seulement de lever les yeux et d’aller chercher plus loin. Ouverte sur la vie, la mixité, basée sur de nombreux paradoxes, la troisième ville de France sera peut-être demain la petite sœur de Berlin. Qu’à cela ne tienne.

Crédit Photo : Margaux Deleypasse©

 

Articles similaires

Tous nos bons plans sont sur facebook, cliquez, likez !