Advertisement http://www.magmalemag.com/_habillages.php?id=19
Fermer

La newsletter Magma

Votre dose de bonne humeur (contagieuse)
Partage et augmente tes chances de gagner !

Titre

Date

Description

* Gagnants désignés par tirage au sort.
** Attention, l'email renseigné sera utilisé pour informer les gagnants du jeu.
Fermer
Fermer

C'est votre établissement ?

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Pas encore de compte ?
Inscrivez-vous GRATUITEMENT :

* Champs obligatoires

Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale

Je souhaite être rappelé par un conseiller

Fermer Formascope

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Jeudi 27 Juin 2019

Marseille : les 5 expos à voir à la Friche cet été

Art Bons plans Culture Inspiration Photo

Marseille : les 5 expos à voir à la Friche cet été

Alors qu’elle accueille d’ordinaire ses nouvelles expos au mois de septembre, la Friche bouscule ses habitudes. En effet, pas moins de cinq vernissages sont prévus ce 29 juin. Magma a pu visiter ces expos en avant première.

Il va y avoir du changement ! Alors que la période estivale vient tout juste de commencer, la Friche va proposer cinq nouvelles expositions à ses visiteurs. Cette offre culturelle, intitulée « L’été contemporain », sera accessible dès le 29 juin, date à laquelle auront lieux les cinq vernissages. Ce mercredi 26 juin, une présentation à la presse avait lieu en compagnie des artistes. Lesquelles étaient forcément fébriles à la veille de l’ouverture des expos au grand public. « J’ai hâte de voir comment elles vont être accueillies, glisse un des commissaires. Le fait qu’elles démarrent au début de l’été laisse planer un doute, mais c’est galvanisant. » Voici les expositions en question :

« Suspension volontaire de la crédulité » d’Emmanuelle Lainé

Mon image

Le travail d’Emmanuelle Lainé est toujours lié au lieu qui l’accueille. À la Friche, elle a voulu « explorer la frontière parfois ténue entre vie personnelle et vie professionnelle. » Des éléments hétéroclites se trouvent ainsi mélangés dans cette « performance visuelle » : des grands tas de terre reposent dans de vastes open-spaces, tandis que des sièges de bureau avoisinent des transats. L’installation fourmille de détails que l’on s’amuse à relever tout au long de la visite.

« 40 ans après » avec un collectif de photographes cambodgiens

Mon image

Plusieurs générations de photographes cambodgiens sont représentées à l’occasion de cette exposition. D’une manière ou d’une autre, leur travail est toujours marqué par le régime sanglant instauré par les Khmers rouges entre 1975 et 1979. Une période qui a laissé des traces indélébiles. « C’est dans ce contexte qu’une riche scène artistique est apparue, souligne le commissaire de l’exposition. Un surgissement surprenant dans un pays aussi petit où aucun enseignement artistique digne de ce nom n’est dispensé. » Au total, cinq photographes sont exposés : Mak Remissa, Ti Tit, Neak Sophal, Lim Sokchanlina et Philong Sovan.

« Rhum Perrier Menthe Citron » par plusieurs artistes

Mon image

Pensée pour être évolutive, l’exposition verra se succéder plusieurs artistes pour offrir différentes propositions. C’est d’ailleurs cette idée qui a donné son nom à l’expo : un cocktail n’est-il pas un mélange des genres contenu dans un même lieu ? En juin, c’est Jagna Ciuchta qui prend possession de l’endroit avec son installation « Mélange doré ». Un endroit solaire, recouvert d’une peinture aux milles nuances de jaune et jalonné de bottes de foin. L’endroit sera ensuite investi par Basile Ghosn et d’autres artistes.

« Brésils » de Ludovic Carème

Mon image

Après avoir vécu près de 12 ans au Brésil, Ludovic Carème est revenu en France avec d’innombrable clichés dans ses valises. Le photographe présente au public les plus beaux d’entre eux à l’occasion de cette exposition. Les deux thèmes majeurs de son travail sont les conditions de vie difficiles dans les favelas et la déforestation de l’Amazonie. Pour transmettre son message, il a fait plusieurs choix esthétiques très tranchés. Les photos sont toutes carrées et en noir et blanc. Sur la plupart figurent les visages de celles et ceux qu’il a rencontrés. D’autres mettent en scène d’immenses bâtiments inhabités qui font polémique au Brésil à cause des milliers de sans abris qui vivent dans les mêmes rues. Vous pouvez retrouver notre entretien avec l'artiste en cliquant ici.

« Ooloi » de Paul Maheke

Mon image

L’exposition de Paul Maheke relève avant tout de l’art visuel et de l’expérimentation. Dans une immense salle ombragée, de nombreux rideaux rouges sont suspendus à travers lesquels le visiteur est amené à déambuler. En fond sonore, un dialogue de l’artiste avec un médium résonne. « L’idée est que le spectateur utilise d’autres sens que la vue, explique l’artiste. J’ai voulu qu’il y ait une véritable interaction entre lui et l’exposition. » 

Yohan Cecere

Le vernissage des cinq expositions aura lieu le 29 juin, à 17h00. Elles seront visibles jusqu'au 29 septembre prochain, mis à part « 40 ans après » qui sera retirée à la fin du mois d'août. Pour plus d'informations pratiques, cliquez ici.

Derniers articles :