Lis ton eMag :

Emag Magma
Fermer

La newsletter Magma

Votre dose de bonne humeur (contagieuse)
Partage et augmente tes chances de gagner !

Titre

Date

Description

* Gagnants désignés par tirage au sort.
** Attention, l'email renseigné sera utilisé pour informer les gagnants du jeu.
Fermer
Fermer

C'est votre établissement ?

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Pas encore de compte ?
Inscrivez-vous GRATUITEMENT :

* Champs obligatoires

Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale Bénéficiez d'une visibilité optimale

Je souhaite être rappelé par un conseiller

Fermer Formascope

Pour modifier vos informations,
identifiez-vous :

Coronavirus : bientôt une pénurie de préservatifs ? Lundi 13 Avril 2020

Coronavirus : bientôt une pénurie de préservatifs ?

La moitié de la planète est actuellement confinée, laissant plusieurs usines à l’arrêt dont celles des principaux fabricants de préservatifs. L’OMS craint ainsi une pénurie mondiale face à une demande qui ne diminue pas.

Le confinement a entraîné la fermeture de nombreux commerces, exploitations et usines. Un bouleversement économique qui, par ricochets, risque de poser de nombreux autres problèmes. Ainsi, avec les restrictions prises par les pays à travers le globe, la production de préservatifs est en chute libre. Karex, fabricant malaisien d’une capote sur cinq dans le monde, a baissé allègrement sa production : entre la mi-mars et la mi-avril, ce sont 200 millions de préservatifs en moins qui sont sortis de ses usines. L’Organisation Mondiale de la Santé craint donc une pénurie à cause de la fermeture de nombreuses usines du secteur.

Un risque sanitaire important

En France, nous restons assez bien lotis contrairement aux pays les moins développés qui ont souvent accès à la contraception grâce à des associations ou des organisations. Bien entendu, le nombre de grossesses non désirées risque d’augmenter considérablement. Mais ce qui inquiète également l’OMS, c’est la croissance du nombre de personnes atteintes par des maladies sexuellement transmissibles, comme le sida.

Même si l’offre diminue actuellement, la demande mondiale, elle, augmente. Forcément, quand on se retrouve confiné avec la personne qui nous attire, il est difficile de résister à la tentation. Bien sûr il existe d’autres moyens de contraception (on ne compte bien sûr pas le retrait), mais aucune autre ne protège des IST. N’oubliez donc pas de vous faire dépister avant de retirer la capote !

Articles similaires

Tous nos bons plans sont sur facebook, cliquez, likez !
"